1. Un an depuis que la motion contre les violences faites aux femmes a été votée par le conseil communal, nous souhaitions savoir où en sont les projets, si la zone de police a bien pris connaissance de la motion et de sa mise en pratique, mais aussi des réalisations au niveau de la commune comme la création d’un « Conseil consultatif des femmes » afin de réaliser un travail de veille et de consultance pour ces matières.

Il nous a été répondu que la commune veille à la parité dans ses services… une lecture d’un rapport de police avec quelques chiffres….Nous avons insisté sur le conseil consultatif mais ils n’en ont pas entendu parler …

2. Quid de la signature de la charte Européenne pour l’Égalité entre les Hommes et les Femmes? Adhérer à la Convention d’Istanbul permettrait de donner un signe fort sur l’engagement de la commune envers les femmes, avec un cadre claire et des objectifs concrets pour protéger les femmes contre toutes les formes de violences, de contribuer à éliminer toutes les formes de discrimination et de promouvoir l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, de concevoir un cadre global, des politiques et des mesures de protection et d’assistance pour toutes les victimes de violences…

Le Directeur Général a répondu que justement la Turquie se retirait de cet accord …que de toute façon le Bourgmestre n’est pas encore chef d’état et que ce n’est pas à lui de la signer…

La convention d’Istanbul a été ratifiée par la Belgique entière. Elle prévoit donc une implication de TOUTES LES AUTORITÉS du royaume dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Nous n’avons donc pas eu de réponse satisfaisante concernant ces 2 points. Nous aurions aimé plus de réalisations concrètes de la motion de la part de la commune, comme un conseil consultatif des femmes qui pourrait développer des projets, par exemple des actions concrètes et mesurables en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, organiser des marches exploratoires pour relever les zones dans l’espace publique où les femmes se sentent en insécurité, de renforcer la communication, la sensibilisation et l’information sur toute l’entité.

3. En juin 2020, le conseil communal votait la motion en faveur des personnes migrantes sans-papiers et en séjour précaire dans le cadre de la crise post COVID et des communes hospitalières Nous souhaitions savoir où en sont les projets ? Notamment, pour assurer le suivi de cette décision, il faut que notre commune désigne une personne référente et mette en place un comité de suivi et d’évaluation de statistiques Il doit inclure les services de l’administration et les représentant.e.s du collège concernés, des représentant.e.s des associations et organismes et des collectifs citoyens et solidaires qui devra se réunir au moins 2 fois par an.

Monsieur Biron a lister les aides apportées par le CPAS durant 2020 mais nous n’avons pas eu de réponse sur les projets et appels à subsides dans le cadre de la motion

4. Suite à cette année compliquée, comment le PCS va-t-il se réinventer afin de pouvoir mener ses missions visant à assurer à chacun l’égalité des chances et des conditions, l’équité et l’accès aux droits fondamentaux et au bien-être économique, social et culturel? L’engagement d’un nouveau chargé de communication devenait vraiment indispensable et il a commencé sur des chapeaux de roues, avec un travail d’investigation et de relais des associations de terrain. Le travail réalisé montre le potentiel et les ressources de la ville et du monde associatif . Nous souhaitons que cette fabuleuse boîte à outils qu’est le PCS puisse continuer à se développer en portant des projets plus ambitieux pour réduire la précarité et les inégalités Un challenge de taille est à relever !

Monsieur Biron à répondu que le PCS ne va pas se réinventer, il n’y a donc pas de nouveaux projets, il vont s’adapter à la situation et gérer dans la mesure du possible.

5. Où en sont les points de la commission environnement de fin 2020 ?

Une commission est prévue prochainement avec un bilan projets énergie en 2020 mais nous n’avons pas eu de réponse concernant les points de la commission environnement de 2020. (prime compostage et bien-être animal + un divers avec des propositions de projets) Les points seront probablement abordés lors de la prochaine commission…

6. Une date est-elle prévue par le collège pour une révision du plan de secteur ?

Le Bourgmestre a refusé catégoriquement de répondre à cette question.

Suite à notre question du mois dernier concernant la construction d’appartements sur l’avenue Paul Pastur, (sur un terrain qui n’a jamais été bâtit et la mobilisation des riverains pour ne pas avoir d’immeuble devant chez eux et préserver la zone verte en bordure du futur RAVeL de la réserve naturelle etc). Il a été répondu que la révision du plan de secteur n’était pas à l’ordre du jour du collège. Nous souhaitons donc savoir quand il le sera car il y a plusieurs changements comme l’arrivée du RAVeL, le développement des projets participatifs, les terrains natagora pour préserver les espaces verts. Il est donc nécessaire de revoir le plan de secteur afin de limiter l’extension de nouvelles constructions. Ce terrain est le dernier espace vert entourant le quartier qui pourrait tout à fait devenir un lieu de rencontre sur le passage du RAVeL aussi bien pour les usagé.e.s que pour les riverain.e.s

7. Le dimanche 14 mars, les sympathisants de l’Affaire Climat se sont rassemblés dans pas moins de 100 endroits à travers le pays pour témoigner leur soutien à l’action en justice contre les quatre autorités belges compétentes. Après presque six ans de litige, l’Affaire Climat a finalement été portée devant les tribunaux le 16 mars 2021. Une action citoyenne, soutenue par le monde associatif, qui consistait en une manifestation statique de 30 minutes était prévue à Châtelet devant l’hôtel de Ville mais le collège ne l’a pas autorisée et proposé la place du Déversoir. Nous sommes étonnés du manque de soutien de la part de la ville pour une action citoyenne aux enjeux si importants.

Le Bourgmestre a répondu qu’il « ne voulait pas prendre de risque, même si ce n’est pas tout à fait comparable, mais on a vu le résultat à Liège. » Nous avons répondu que la demande citoyenne respectait toutes les consignes de sécurité avec toutes les demandes adéquates notamment le plan de sécurité, placement avec croix au sol, par les organisateurs d’une 20aine de personnes qui ont répondu à l’évènement sur facebook. Une action symbolique que la ville aurait dû soutenir!!

Share This