• Motion : Commune de Châtelet en état d’urgence climatique

Cette déclaration vise à donner une réponse efficace et très concrète aux nombreuses interpellations citoyennes et aux avertissements de l’ensemble de la communauté scientifique et du GIEC.
Ces inquiétudes, relayées par les nombreuses manifestations citoyennes, ont largement inspiré ce texte, et en votant cette motion, notre commune deviendrait un exemple et encouragerait d’autres communes, d’autres niveaux de pouvoirs ou institutions publiques internationales, eux-aussi interpellés sur le sujet, à agir dans le même sens.

  • A l’occasion de la semaine de l’arbre nous souhaiterions proposer de réaliser une cartographie des « Arbres et Haies Remarquables » de notre commune. Mise à part à la réserve naturelle Sébastopol, il n’y à rien de répertorié pour l’entité . Cet inventaire permettrait, le cas échéant, de planter et aménager des espaces verts protégés.
  • Dans le même ordre d’idée, nous proposons aussi de mettre en place un « Permis de végétaliser » dont le principe est de permettre au citoyen.ne qui en fait la demande et, sous certaines conditions, de mettre en place un dispositif végétal sur le domaine public. Ce dispositif végétal peut prendre diverses formes : murs végétalisés, jardinières mobiles ou de pleine terre, arbres et arbustes, plantations en pleine terre en pied d’arbre ou en façade…

Ces points pourraient faire partie d’un processus d’analyse POLLEC, qui vise à aider les autorités locales wallonnes à mettre en place une Politique énergie climat, dans le cadre de la Convention des Maires.

Motion Urgence Climatique

1. de déclarer la commune en état d’urgence climatique ;
2. de se fixer comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ;
3. de se fixer comme objectif une diminution de 55 % de la production de gaz à effet de serre de
la commune d’ici 2030 (par rapport à 1990) ;
4. de se fixer comme objectif que la consommation énergétique des bâtiments de la commune
soit fournie par 100% d’énergie verte, dont un pourcentage d’énergie renouvelable locale ;
5. de mettre en place un processus participatif pour définir et contrôler un plan climatique pour
la commune ;
6. de renforcer la présence de la nature dans la commune afin de lutter contre la pollution et les
îlots de chaleur, de diminuer les températures lors des épisodes de canicule mais aussi assurer une
régénération des nappes phréatiques. Considérant le Chapitre 16 de la DPR, la commune s’engage par
exemple à planter 10 km de haies sur le territoire communal, en veillant à ce que celles-ci soient
également comestibles pour les animaux ;
7. de prévoir des périodes d’extinction complète de l’éclairage (voiries, locaux à usage
professionnel inoccupés, éclairages de vitrines de commerces ou d’exposition, illuminations des
façades commerciales ou des bureaux, publicités lumineuses, etc) sur le territoire de la commune
pendant la nuit afin de réduire la consommation électrique mais aussi d’atténuer la perturbation pour
la faune, notamment les insectes ;
8. de symboliquement planter un arbre de noël « définitif » pour la commune ;
9. de lancer une étude, en collaboration avec les niveaux de pouvoirs concernés, visant à recréer
des zones humides sur le territoire communal ;
10. l’adoption d’un plan « zéro déchet » et la suppression des plastiques à usage unique dans
l’ensemble des services communaux ;
11. de mettre en place une stratégie d’information systématique sur le « zéro déchet » en ce
compris le tri, vis-à-vis du personnel communal, des commerces locaux, et des habitants, en
particulier pour tout nouvel arrivant via un kit d’informations ;
12. l’intégration systématique de clauses environnementales et sociales dans les cahiers des
charges des marchés publics de la commune ;
13. la prise en compte lors des grands chantiers de rénovation des principes régissant la
conception de villes durables et de l’économie circulaire ;
14. le développement de communautés d’énergie et de quartiers à énergie positive sur le territoire
communal ;
15. de proposer des cours d’éducation au développement durable et à la protection de
l’environnement au sein des écoles de la commune et l’intégration de cette thématique dans des
formations techniques ;
16. de proposer progressivement aux élèves des écoles communales des repas préparés avec des
produits locaux, équilibrés, de saison et durables, en veillant à ne pas en augmenter le coût ;

Share This